L’approche systémique et l’Ecole de Palo Alto

Je souhaite partager avec vous un condensé que j’ai effectué concernant l’ouvrage « L’Ecole de Palo Alto », un nouveau regard sur les relations humaines. Ecrit par Edmond Marc et Dominique Picard, il nous explique les recherches et les thérapies développées avec une approche systémique, par l’Ecole de Palo Alto.

Ce livre a été pour moi une véritable mine d’informations. Il traite de l’interaction des relations humaines et l’importance de la communication dans la construction de l’individu. A travers cet ouvrage, j’ai pu comprendre des situations et des comportements vécus et prendre conscience de la réelle portée des paroles et des actes.

Cette publication va au-delà d’un constat ou d’une dimension théorique. Elle nous donne les concepts fondamentaux et représente un outil pédagogique sur lequel on peut s’appuyer pour les thérapies familiales et les interactions de la communication. Ce manuel est dense et délivre beaucoup de notions, c’est pourquoi j’ai décidé de vous en livrer une version raccourcie. Ainsi vous aurez connaissance des grands principes. Puis, si le cœur vous en dit, vous pourrez entamer la lecture complète du livre.

J’ai conscience que cet article intéressera principalement ceux qui sont sensibilisés au sujet. Mais il me semble essentiel de partager cette connaissance et inciter d’autres personnes à y porter une attention particulière.

Cette conception de vision globale des rapports humains, me permet de prendre de la hauteur pour observer le mode d’expression utilisé par les personnes que j’accompagne. Elle m’est également très utile dans ma vie personnelle.

L’Ecole de Palo Alto

L’Ecole de Palo Alto est une école de pensée de l’approche systémique et des relations humaines et interactionnelles, regroupant un groupe de chercheurs d’origines scientifiques diverses et qui ont travaillé à Palo Alto, en Californie.
L’initiateur de l’Ecole de Palo Alto est Grégory Bateson, anthropologue et zoologue.
Il a fondé l’école avec des personnalités telles que :

  • Hans Von Foerster : physicien, philosophe et fondateur de la cybernétique de deuxième ordre
  • Virginia Satir : psychothérapeute humaniste et à l’origine du Mental Research Institut
  • Jon Weakland : ingénieur chimiste et thérapeute
  • Jay Haley et Don Jackson : psychiatres et psychothérapeutes
  • Paul Watzlawick : psychologue, psychothérapeute, psychanalyste et sociologue

Les travaux du groupe de chercheurs sont orientés vers la théorie de la communication, la méthodologie du changement et la pratique thérapeutique.
Les notions de base de la cybernétique comme le feed-back ou la rétroaction, représenteront un axe majeur de leur démarche de recherches.
L’Ecole de Palo Alto mettra sur pied les thérapies familiales et les thérapies brèves.

La théorie de la communication

La théorie de la communication créée par l’Ecole de Palo Alto repose sur trois hypothèses :
Son essence réside dans des processus relationnels et interactionnels,
Tout comportement humain a une valeur communicative,
Les troubles psychiques de la personnalité concernent des perturbations des messages transmis entre l’individu porteur des symptômes et son entourage,

L’approche systémique des relations humaines

L’approche systémique est une méthode permettant d’aborder les phénomènes complexes.

En 1940, Norbert Wiener (mathématicien), a permis de lui donner un nouvel essor. Il a utilisé  des outils comme la cybernétique, l’informatique et la robotique. Il constate un parallèle dans le fonctionnement d’une machine avec celui du système nerveux.
Norbert Wiener intègre la notion de feed-back ou rétroaction dans son analyse. C’est l’évaluation des effets des actions, suivie par la correction de l’attitude future, en intégrant les performances du passé.
Dès ce moment, la démarche cybernétique va consister à appliquer à tous les domaines de conduite et de gestion d’organismes complexes, des modèles nés de la rencontre de la mécanique et de la biologie.
L’approche systémique découle d’une interdisciplinarité et d’une conception mêlant l’électronique à la biologie.

Dans l’élaboration d’une analyse systémique des rapports humains, on tient compte des agissements des individus en interaction. On étudie l’influence réciproque d’un lien entre deux phénomènes en tenant compte du contexte dans lequel ils se situent. Sachant que l’activité du 1er phénomène est déterminée par l’activité du second.

Il existe quatre grands principes :
Le principe de Totalité : l’attitude des individus est une conséquence de l’environnement dans lequel ils évoluent et non l’inverse.
Celui de Rétroaction ou Feed-Back :  chacun des agissements est pris dans un jeu complexe d’implications, d’actions et de rétroactions qui le relie à l’autre.
Le principe d’Homéostasie : système qui s’auto régule et qui réagit en ramenant l’ensemble des éléments à son état initial suite à une perturbation. Ce principe s’oppose au changement.
Le concept d’Equifinalité : l’analyse des interactions contemporaines importe plus que l’origine du dysfonctionnement d’une relation ou d’un milieu.

La famille est un élément clé, jouant un rôle essentiel dans la formation de la personnalité et dans la socialisation des individus. Elle est un tout dynamique où la conduite de chacun des membres est liée au comportement de tous les autres. Le modèle de base des connexions familiales est formé de règles maintenant les liens parmi les membres de la famille.
Les interactions au sein de celle-ci s’organisent selon des Alliances dues à des affinités et des Coalitions engendrées par la solidarité de personnes contre une autre.

Une logique de la communication

L’Ecole de Palo Alto repose sur le postulat qu’il est impossible de ne pas communiquer, tout agissement est communication. L’ensemble « comportement – communication – relation » forme un tout qui est le domaine propre de la psychologie et l’objet des analyses dont le principal est « ici et maintenant ».

Il existe une logique dans la communication humaine dont les règles sont observées quand elle est bonne et rompues lorsqu’elle est perturbée.

L’Ecole de Palo Alto a fait ressortir que tout message comporte deux sens : la transmission d’une information sur des faits, des opinions, des sentiments, des expériences et l’expression de la liaison entre les interlocuteurs. Le contact dépend en grande partie de la façon dont les partenaires ponctuent leurs échanges ; c’est la métacommunication. Elle sert de régulation et permet aux personnes de préciser le sens qu’ils donnent à leur message.

Ainsi l’analyse des interactions permet de prévoir les manières d’agir et d’identifier trois types de positions les unes par rapport aux autres : la position supérieure, l’inférieure ou celle de symétrie.

On dénote deux stratégies qui sont les rituels et les jeux.
Les rituels ont une portée symbolique. Ils apportent la reconnaissance et la confirmation de la relation.
Les jeux correspondent à des transactions cachées afin d’obtenir un résultat bien défini.

La pathologie de la communication

Une relation devient pathologique suite à une erreur de la communication. Dans ce cadre l’échange contribue à éloigner les individus, amène de l’incompréhension et du ressentiment. Normalement, il devrait remplir une fonction de lien positif entre eux. Le problème repose donc sur le niveau de la connexion qui les unit.

Un cas particulièrement marquant est le jeu sans fin, jeu dont les partenaires ne peuvent s’évader. Il est très pathologique et amène à une communication paradoxale.

Cette dernière s’établit sur une structure ayant une grande contradiction et dont un message donne en même temps deux contenus incompatibles. Par exemple dans l’injonction paradoxale « sois spontané », il est impossible d’obéir sans désobéir. Une injonction paradoxale peut s’exprimer verbalement mais également par une posture non verbale.

La méthodologie du changement

L’Ecole de Palo Alto a élaboré une théorie de la communication des situations d’interaction humaine dans le cadre de l’intervention clinique. Cette théorie est la base de leur approche du changement qui touche tous les domaines de vie. Elle concerne également la pédagogie, la négociation politique et commerciale, les institutions et les problèmes sociaux.

Le changement étant perçu comme une modification du comportement, on peut donc le relier à l’apprentissage de nouveaux positionnements. Les processus d’apprentissage sont primordiaux pour la compréhension et l’action dans une méthodologie du changement.

Une des stratégies du changement consiste à changer de contexte ou à modifier la perception qu’à le sujet de celui-ci. Cette stratégie est la technique du Recadrage.
L’idée de contexte contient l’hypothèse que l’expérience vécue, l’action et l’expression sont en quelque sorte segmentées en séquences pouvant être différenciées et comparées.

Cela permet de comprendre qu’un individu en relation avec une ou plusieurs personnes n’exerce qu’une maîtrise limitée sur ce qui peut arriver entre eux, n’étant qu’une partie d’un ensemble et ne peut contrôler l’ensemble.

L’Ecole de Palo Alto a une formule célèbre qui dit « le problème c’est la solution ». Cette formule signifie que, dans certaines circonstances, des problèmes surviennent comme des résultats de tentatives mal dirigées pour modifier une difficulté réelle.
Un processus de changement revient à aider un individu à changer son image du monde, sans pour autant en connaître les raisons mais en tenant compte de ce qui doit changer et comment le faire.

Trois principes guident l’action de la méthodologie du changement :

  • Comprendre les mécanismes qui créent, renforcent et maintiennent le problème sans tenir compte de sa genèse.
  • Sortir d’une logique du sens commun appliqué par le patient et qui renforce le problème (le problème c’est la solution). En bref, « tourner le dos au bon sens ».
  • Sortir du cadre en ouvrant la possibilité à de nouveaux apprentissages en bloquant les schémas négatifs.

Pour résumé ces principes, c’est faire faire à quelqu’un ce qu’on veut lui voir faire en le poussant à faire le contraire.

La pratique thérapeutique

L’Ecole de Palo Alto est en complète rupture avec la tradition psychiatrique, en abandonnant le concept de normalité (est normal tout ce qui est familier, folie tout ce qu’on ne comprend pas).
Dans leur nouvelle optique, l’individu est inséparable du contexte dans lequel il évolue. On s’intéresse à ce qui se passe « ici et maintenant ».
La spécificité de la stratégie thérapeutique de l’Ecole de Palo Alto s’articule autour :
d’une thérapie qui s’adresse à l’ensemble d’une famille, d’une thérapie brève et une thérapie active qui s’appuie sur l’utilisation de rituels et de techniques thérapeutiques particulières

La thérapie familiale

Dans les approches classiques, le thérapeute utilise la thérapie individuelle. Le patient est traité seul en dehors de son milieu, de sa famille.
La thérapie familiale consiste à recevoir l’ensemble des membres d’une famille et permet de neutraliser certains écueils (risques de coalitions).
Le thérapeute considère la famille comme un ensemble. Il observe les fonctionnements du système familial : les phénomènes d’alliance, l’instauration du leadership, les circonstances des manières d’agir, l’attribution d’un blâme à un de ses membres.

Les thérapies brèves

L’élaboration des thérapies brèves repose sur deux hypothèses.
Tout d’abord, dès lors que le type de posture qui maintient le problème est changé ou éliminé de manière appropriée, le problème sera résolu. Et cela, quelle qu’en soit sa nature, son origine ou sa durée.
Puis, l’action thérapeutique doit se déplacer du problème vers la structure qui l’a engendré, l’alimente et le perpétue. Cet aspect distingue radicalement la démarche de Palo Alto des thérapies comportementales.

Pour Grégory Bateson, dans la situation thérapeutique, la compréhension de la double contrainte et de ses manifestations est la clef de l’innovation en matière de psychothérapie.
Le thérapeute oriente la double contrainte dans une direction positive.
Dans la double contrainte pathogène, l’individu, quoi qu’il fasse, est toujours puni. Dans la double contrainte thérapeutique, il est amené à choisir des issues qui l’obligeront à sortir de son problème.

Evolutions et applications

En France, plusieurs équipes se mettent en place à la fin des années 70.
Cependant la pratique opère un compromis entre la démarche systémique et une approche psychiatrique ou une démarche psychanalytique.

L’institutionnalisation et la consolidation des thérapies familiales, ainsi qu’un développement des thérapies brèves, ont vu le jour ces dernières années.
Les thérapies familiales ont également influencé d’autres milieux concernés par la relation d’aide, comme les médecins, les psychologues, les travailleurs sociaux et les éducateurs.

Pour la médecine générale, l’approche systémique a permis d’identifier trois niveaux à adopter. Le principe étant de considérer le malade plus que la maladie.
Pratiquer une médecine globale.
Ne pas se fixer sur la seule plainte du patient, mais resituer la plainte et l’individu dans son système social et familial.
Inclure la plainte et ses paramètres, ainsi que le médecin et le système médical.

Les chercheurs et intervenants en organisation, se revendiquent d’une approche systémique des organisations.
En effet, les organisations sont considérées comme des « systèmes complexes ».
On peut constater plusieurs niveaux d’intérêts et d’objectifs dépendant les uns des autres et s’influençant mutuellement.
Aux apports de l’Ecole de Palo Alto s’est agrégé des théories issues de la sociologie des organisations, permettant d’affiner la notion de « contexte organisationnel ».

Pour conclure

L’Ecole de Palo Alto a su s’installer dans la durée en innovant à travers son approche du changement, tout en continuant à évoluer et s’adapter.

Nous pouvons retenir un de ses préceptes comme un guide majeur pour tout praticien systémiste : « Penser globalement, agir localement ».

A travers cet ouvrage, on ne peut que constater l’incroyable imagination et originalité dont a fait preuve l’Ecole de Palo Alto dans l’élaboration de techniques d’interventions susceptibles d’entraîner un changement.

N’hésitez à me contacter, nous pourrons échanger sur vos besoins d’amélioration de votre communication.
Je vous répondrais avec empathie, bienveillance et efficacité.

Vous avez apprécié la lecture de cet article, découvrez mon article « Qu’est-ce qu’un talent ? »

admin7907

2 comments to “L’approche systémique et l’Ecole de Palo Alto”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Magda - 27 avril 2020 Répondre

    Merci pour votre article je ne comprends pas tout mais je souhaite me lancer…
    J’ai 2 problèmes dans la vie que je souhaite changer. Mon rapport à la croyance de l’argent et le fait que je tombe toujours sur des partenaires qui son égoïstes et me mette en insécurité. Je pense que cela vient de moi et j’aimerais bien changer le curseur. voilà que me conseillez vous ?

    • admin7907 - 28 avril 2020 Répondre

      Merci pour votre retour. Les croyances limitantes sont effectivement un sujet que je travaille quotidiennement en coaching. La relation que vous mettez en place avec vos partenaires tient sûrement d’un manque de confiance en vous et d’un fonctionnement lié aux jeux de manipulation. Pour définir si c’est bien le cas, nous pouvons avoir un entretien préalable gratuit de 45 mn. Pour changer le curseur, un accompagnement est nécessaire. C’est avec plaisir que j’échangerai avec vous. Laurence

Leave a Reply

Your email address will not be published.