Le rôle des émotions…

Les émotions nous submergent parfois, même lorsque nous essayons de les ignorer, de les faire taire.
Qui ne sait pas dit un jour : « Pourquoi est-ce que je suis autant en colère ou si triste, face à cet évènement qui n’a pas grande importance ? ».
Pour comprendre, il nous faut aller à la découverte du mécanisme des émotions et de nos besoins.
Je vous propose dans cet article de vous expliquer ce mécanisme et de vous apporter une meilleure compréhension de vos ressentis.

Les fonctions des émotions

Les émotions ont deux grandes fonctions. La première nous informe sur la situation que nous vivons. Et par conséquent, comment je me situe par rapport à mes besoins et à ceux des personnes qui m’entourent. La deuxième nous incite à agir, à être en mode réaction.

Les émotions siègent dans le cerveau limbique qui est une des plus anciennes parties du cerveau.

En 1952, Paul MacLean a défini la notion de « système limbique » qui implique les émotions, ainsi que d’autres notions (l’apprentissage de la mémoire, les comportements alimentaires…).

Un lien de causalité existe entre nos besoins et nos émotions. En effet, lorsqu’un besoin est contrarié ou lésé, nous sommes en prise avec des ressentis négatifs et désagréables. En revanche, quand le besoin est satisfait, nous réagissons par des sensations positives et agréables.

La croyance générale veut que l’émotion contrarie la réflexion et la prise de décision.

Les travaux du neurologue Antonio Damasio démontrent que la détérioration des zones de l’affect entraîne des pertes graves des capacités de décision. De même, Daniel Kahneman, psychologue et économiste, a découvert 2 modes de pensée dans l’évaluation d’une situation et la prise de décision. Le 1er mode intuitif, rapide et efficace, est lié à l’état affectif, aux ressentis. Il est utilisé dans 80% des cas. Le 2ème est rationnel, lent et logique.

Les émotions ont donc un rôle important dans la prise de décision.

Les besoins essentiels

Pour conserver son intégrité, cChaque individu ressent la nécessité de répondre à trois besoins. Dès lors qu’ils ne sont pas respectés, cela engendre des troubles, des sentiments tourmentés.

Le Besoin de sécurité : recherche de la sûreté (du corps, de la santé, de l’emploi, du logement…) et de la liberté d’action.

D’identité : appartenance à un groupe, avoir des échanges sociaux et des liens affectifs.

Le Besoin de réalisation : donner un sens à sa vie, être utile, agir pour exister et s’accomplir, tout en cherchant l’harmonie et l’épanouissement.

L’impact de la socialisation

Très tôt, on nous apprend à nier nos émotions. Par exemple, un garçon ne doit pas pleurer, être triste est un signe de faiblesse, ou encore être en colère est un signe de fatigue…

Les règles sociales nous demandent de canaliser et modérer l’expression de nos émotions.
De leurs côtés, les règles éducatives, nous commandent de ne pas se plaindre, de ne pas faire de bruit ou au contraire que les éclats de voix sont les seuls moyens de communication (la loi du plus fort). Le message est clair, il vaut mieux les cacher.

Les émotions qui correspondent à ce qui nous a été transmit par la socialisation sont :
la honte, la culpabilité, la frustration, la jalousie, la pitié, le mépris…

Par conséquent, nous devons apprendre à nous libérer du poids des autres, à connaître nos limites et prendre conscience de nos valeurs. Se respecter et respecter autrui.

L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est un concept qui analyse la capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions, tout en composant avec celles des autres.

Daniel GOLEMAN (docteur en psychologie clinique et développement personnel) dans son ouvrage « L’intelligence émotionnelle », précise qu’il existe 4 grandes compétences émotionnelles :
Identifier : percevoir, reconnaître et nommer son état affectif.
Comprendre : notre vécu et le processus (déclencheurs, origines…), puis prendre en compte le message envoyé.
Exprimer : verbaliser son ressenti de manière adaptée.
Réguler : gérer et moduler les émotions négatives, et exploiter celles qui sont positives.

Fonctionnement de l’émotion

L’émotion est un stimulus causé par un évènement, un souvenir, une parole, une attitude, une odeur.

Tout d’abord, il peut s’agir d’un ressenti intérieur, par exemple accélération du cœur ou jambes molles, ou d’une expression extérieure, comme des rires, des pleurs, des caresses, des critiques. Enfin, cela peut être également dû à une pensée du type « je ne suis pas capable ».

La pensée, l’émotion et le comportement sont étroitement liés. Chacun ayant une répercussion sur les autres. Pour illustrer : « quand vous vous trouvez ridicule, vous commencez à ne plus trouver vos mots et cela augmente votre stress, donc l’effet physique vous fait perdre le fil de votre pensée qui amène à une panique… ».

On différencie le sentiment de l’émotion. Le sentiment n’a pas obligatoire une réaction visible sur notre visage, alors qu’une émotion se matérialise sur notre visage (rictus, sourire, bouche ouverte…).

Exercice pour faire évoluer ses émotions

Pour vous permettre de commencer à faire évoluer vos émotions, je vous propose un petit exercice, une première approche.

– choisir une émotion récurrente liée à une situation réelle.
– identifier la ou les pensée(s) associée(s)
– écrire la pensée négative : « je suis nul, je n’arrive à rien »
– puis écrire un mantra, une maxime positive contrant l’idée négative : « je suis capable, je peux le faire… ».
– barrer ou jeter le message désagréable 
– relire régulièrement le mantra et constater l’évolution.

Bien entendu c’est une première étape, pour arriver à des résultats probants et durables, un accompagnement sur l’estime de soi et la confiance en soi est recommandé. Le coaching est adapté à ce travail sur soi.

En finir avec ces aspects

Il ne faut pas négliger l’importance de l’impact des émotions négatives. Il est démontré qu’elles affectent notre organisme, notre santé.

– la Colère affaiblit le foie.
– le Chagrin altère nos poumons
– La Peur affecte nos reins
– l’Inquiétude fragilise l’estomac…

Savoir moduler ses émotions en prenant conscience que l’émotion arrive et modifier sa posture, permet d’être en relation sans appréhension.
Nous devrions tous avoir accès à cette part de nous où nous vivons ce qui correspond à nos besoins.

Si vous souhaitez échanger sur le sujet ou améliorer votre état intérieur, contactez-moi. Je vous répondrais avec empathie et bienveillance.

Vous avez apprécié la lecture de cet article, découvrez mon article sur « Les Besoins et l’envie ».

Laurence Salvador

admin7907

Leave a Reply

Your email address will not be published.